Le 25 avril 2005

Lancement d’un fonds d’investissement pour l’Afrique doté d’un capital de 200 millions $ CA

  • Actis et Cordiant assureront la gestion du Fonds
  • Clôture initiale au palier de 50 millions $ CA attendue en mai 2005

Actis, important investisseur privé en participation sur les marchés émergeants, et Cordiant, gestionnaire d’actif canadien de premier rang sur les marchés émergeants, lancent aujourd’hui le Fonds d’investissement canadien pour l’Afrique (FICA) doté d’un capital de 200 millions $ CA..

Le Fonds comporte un engagement d’ancrage de 100 millions $ CA du gouvernement canadien, assorti d’un apport au moins équivalent à être réuni auprès de tiers. Le montant engagé au palier de clôture initial sera de 50 millions $ CA, constitué de 25 millions $ CA provenant du gouvernement fédéral et de 25 millions $ CA provenant de CDC, l’organe du gouvernement du Royaume-Uni pour l’investissement dans le secteur privé des économies en développement. L’autre tranche de 75 millions $ CA à provenir du gouvernement canadien sera engagée en tant que financement jumelé au fur et à mesure que des capitaux sont mobilisés auprès de tiers.
Actis et Cordiant ont été choisies pour gérer le fonds conjointement au terme d’un processus d’appel d’offres publiques complexe. Actis est l’investisseur privé en participation dominant en Afrique, où la société a constitué une équipe riche d’une solide expérience financière et professionnelle acquise au fil de ses 50 années de présence active sur ce marché. Cordiant entend miser sur son savoir-faire en tant que maillon essentiel entre les investisseurs institutionnels, et sur les possibilités qui s’ouvrent au sein du secteur privé des marchés émergeants pour que les usagers puissent avoir accès au flux d’affaires et aux capitaux d’investissement nord-américains.

Le Fonds, qui aura une durée de dix ans, fournira du capital de risque aux fins d’investissement privé dans des sociétés en Afrique dans l’optique de générer de la croissance économique d’une manière commercialement viable et durable.

De dire Paul Fletcher, associé directeur principal, Actis :

« Il en va d’un grand jour pour le secteur privé en Afrique, à l’heure où les sommes que nous nous apprêtons à y investir ne sauraient manquer de susciter des affaires viables à long terme en Afrique. Il s’agit d’un marché captivant, qui offre d’énormes possibilités de croissance, et Actis a fait la preuve qu’elle a ce qu’il faut pour dégager un rendement avantageux de ses efforts en vue d’attirer de nouveaux investisseurs sur ce marché. »

Et d’ajouter David Creighton, président et chef de la direction de Cordiant :

« Le Fonds offre aux investisseurs privés et aux entrepreneurs canadiens en participation une occasion de tirer parti des liens stratégiques enrichis forgés entre les entreprises canadiennes et africaines, qui encouragent les échanges accrus avec l’Afrique, et les flux d’investissement vers l’Afrique et vice versa. »

L’amorçage du présent fonds par le gouvernement canadien s’inscrit dans le cadre du Fonds d’investissement canadien pour l’Afrique, qui a été établi aux fins accentuer l’engagement du Canada à l’égard du Plan d’action du G8 pour l’Afrique et du NEPAD (Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique).

« En créant le Fonds d'investissement du Canada pour l'Afrique (FICA), le Canada démontre clairement son soutien au Plan d'action du G8 pour l'Afrique et au Nouveau partenariat pour le développement de l'Afrique (NEPAD), a déclaré la ministre de la Coopération internationale Aileen Carroll. Ce fonds unique en son genre permettra d'augmenter les investissements qui seront profitables aux Africains. Ces investissements contribueront à favoriser la croissance économique et la création d'emploi, à augmenter les revenus, à instaurer des programmes de prestations sociales et à améliorer les infrastructures sur le continent. En fait, il s'agit d'une situation gagnante pour nous tous. Dans l'Énoncé de politique internationale du Canada, on réitère d'ailleurs l'engagement du Canada à stimuler le développement du secteur privé dans les pays en développement. »

De dire le ministre canadien du Commerce international James Peterson :

« Je demande aux entreprises canadiennes de participer sans hésitation à ce partenariat public-privé, qui insufflera un nouveau dynamisme dans l'économie africaine tout en stimulant la nôtre, a déclaré le ministre Peterson. Nous sommes conscients qu'une possibilité de rendement accru rend le fonds plus attrayant pour les entreprises. Alors, pour chaque dollar investi, le gouvernement du Canada versera une contribution équivalente. »

« Nous sommes persuadés que d'ici un an nous atteindrons notre objectif de 200 millions de dollars », a ajouté le ministre Peterson.

- fin -

Adam Quarry
Actis
Tél. +44 (0) 20 7234 5050
Courriel
   
Piers Cumberlege
Cordiant
Tel. +1 514 286 0171
Courriel

Notes à l’adresse des éditeurs :

Actis

  1. La restructuration de CDC Capital Partners en une société d’investissement et de gestion a été annoncée en janvier 2004. La société d’investissement a retenu la dénomination de CDC, cependant que la société de gestion se nomme Actis. La restructuration a été conçue de manière à accélérer les investissements dans les pays en développement, et à stimuler la croissance du secteur privé dans ces pays.
  2. En règle générale, Actis investit dans :
    • Les sociétés fermées en quête de croissance accélérée soit d’une manière organique, soit par la voie d’acquisitions ;
    • Les prises de contrôle d’entreprises ou de divisions non essentielles de grandes sociétés ;
    • Les privatisations et restructurations,
    • Les projets d’infrastructure.
  3. Actis acquiert des participations importantes dans des entreprises dotées d’une équipe de gestion solide et talentueuse, ou affichant un positionnement sur les marchés éventuellement robuste qui peuvent atteindre à des taux de rendement concurrentiels, ou encore fournir un financement secondaire à ces entreprises.
  4. Actis est un investisseur en participation indépendant de premier rang qui compte actuellement plus de 2,7 milliards de $ US sous gestion. Actis investit sur les marchés émergeants depuis plus de 55 ans.
  5. Actis investit dans le secteur énergétique sur les marchés émergeants par le canal de CDC Globelec, société énergétique de classe mondiale en exploitation active.
  6. Actis investit dans les PME (petites et moyennes entreprises) par le canal de Aureos, filiale commune spécialisée dans les investissements dans les PME sur les marchés émergeants. Aureos a été créée en 2001 en tant que coentreprise entre CDC Capital Partners et le Fonds norvégien pour les pays en développement, Norfund.

Cordiant

  1. Cordiant est un gestionnaire de portefeuille de titres des marchés émergeants assimilés au secteur privé dont le siège est à Montréal (Québec). La société se spécialise dans les investissements internationaux assimilés au secteur privé avec prépondérance des titres des marchés émergeants et des marchés à forte croissance. Son équipe de spécialistes cumule plus de 150 années d’expérience réunie des marchés internationaux.
  2. Cordiant gère des investissements du secteur privé sur les marchés émergeants répartis à plus de 20 pays dans 23 secteurs industriels.
  3. Cordiant a mis au point des produits financiers exceptionnels qui, conjugués à sa concentration sur la quantification des risques et sur le filtrage des flux d’affaires, assurent un maillon essentiel entre les investisseurs institutionnels et les marchés émergeants.
  4. Quelques-unes des plus importants caisses de retraite canadiennes comptent au nombre des investisseurs dans les deux fonds de Cordiant, soit IFPT ’01 et IFPT’04, dont les portefeuilles cernent un large éventail de secteurs dans les compartiments pétroles et gaz, fabrication, mines, sidérurgie, services financiers, produits chimiques et télécommunications en travers un large éventail de pays à marché émergent à l’échelle planétaire.

Le Fonds d’investissement canadien pour l’Afrique (FICA)

  1. Le premier ministre canadien a d’abord fait l’annonce du FICA à la réunion au sommet des pays du G8 en juin 2002 dans le cadre de la création du Fonds canadien pour l’Afrique doté d’un capital de 500 millions $ CA. Ce fonds a été établi dans le but d’accentuer l’engagement du Canada envers le Plan d’action du G8 pour l’Afrique et le NEPAD (Nouveau Partenariat pour le Développement de l’Afrique).
  2. Le FICA investira selon une formule élaborée en parallèle avec le Actis Africa Fund 2 LP (AAF2) – un fonds établi en 2004 comportant des engagements maximums de 330 millions $ US. Une tranche des investissements achevés du AAF2 sera transférée au FICA lors de la clôture initiale.
  3. Les investissements actuels du AAF2 comportent un investissement de sept millions $ US dans une société d’exploitation aurifère, Orezone ; un investissement de cinq millions $ US dans une banque commerciale, la Banque commerciale de Rwanda ; un investissement de 22 millions $ US dans un fournisseur de télécommunications mobiles, Starcomms ; un investissement de trois millions $ US dans une société d’exploitation aurifère et de zircon, Gisements minéraux ; un investissement de neuf millions $ US dans une entreprise de fabrication de papier, Peters Papers, et un investissement de 25 millions $ US dans une entreprise de produits de consommation et produits alimentaires, UAC Nigeria Plc.

Le Fonds canadien pour l’Afrique doté d’un capital de 500 millions $ CA relève de l’administration de l’Agence canadienne de développement international.

télécharger PDF >>